lundi 1 août 2011

La droite, véritable victime de Breivik.

La droite du monde souffre actuellement comme si elle avait été saignée à mort par le meurtre atroce d'ados gauchistes de Norvège. Non pas parce qu'elle condamne (même si elle le fait) l'attentat, mais bien parce qu'elle accuse la gauche de l'y associer.

Pourtant, la droite ne se gêne pas pour lier le radicalisme islamiste avec le gauchisme le plus insignifiant, gnagna et rose. Québec Solidaire, un parti pourtant modéré, se fait traiter de tous les noms, avec d'autres petits groupes comme Alternatives:
"l’extrémisme d’Alternatives, de QS [...]"

On fait bien entendu référence à la flottille d'aide aux Palestinien-ne-s, "Une activité de fanatiques exaltés".

On se souvient aussi des propos du même auteur (Duhaime) face à Khadir:
"Musulman non-pratiquant, Khadir ne soutient pas certaines causes islamistes par conviction religieuse, mais participe plutôt à l’alliance «anti-impérialiste» entre l’extrême-gauche et les islamistes qui se forge partout en Occident."

Et:
"Amir Khadir a un agenda islamique."

La gauche est donc coupable par association des crimes des militants de l'extrême-droite islamiste et complice des régimes autoritaires, comme le dit aussi un autre chroniqueur de droite, Mathieu Bock-Côté.

La police elle-même, avant le G-20, souffrait d'une psychose dangereuse, surveillant les anars "au même titre qu'Al-Quaïda".

Ce ne sont que des exemples d'un phénomène global chez la droite: le rapprochement entre la gauche et des mouvements violents et ultraconservateurs dont on fait ponctuellement la caricature pour les rendre encore plus méchants.

Après le crime de Breivik, qui récupère la paranoïa et le message haineux de la droite populiste et conservatrice, plusieurs journalistes ont employé les termes de Chrétien fondamentaliste, d'extrême-droite, de droite radicale, de droite populiste, etc. pour décrire l'orientation politique de l'assassin.

La réaction de la droite, comme à l'habitude, est immédiate: c'est un concert de déchirage de chemises et de pleurnicheries.

Ezra Levant refuse que Breivk soit associé au Christianisme fondamentaliste. Sur un ton de preacher, il accuse CBC de n'importe quoi et passe en fait plus de temps à disculper sa propre idéologie (par ailleurs haineuse et irrationnelle) qu'à dénoncer l'attentat. Comme tous les autres, il accuse tout simplement le forcéné d'être un fou[1]. Il imagine un immense complot médiatique "gauchiste" visant à faire le lien entre le christianisme et Breivik. Il fait de lui un "leftist new poster boy for the face of evil". Selon lui, CBC "jubile" de pouvoir rattacher un crime à la droite conservatrice. Il n'en fait pas la démonstration claire; il dit simplement qu'on peut "le sentir" dans le traitement que les médias font de l'affaire.

La tirade de Mario Roy est du même acabit: on ne peut pas, selon lui, comparer le "terrorisme" de Breivik au terrorisme gauchiste (ancien) et islamiste (récent): "Et c'est cet homme-là qui annoncerait une vague inédite de violence d'extrême droite? Allons donc! Les «vrais» terroristes sont d'une autre trempe. [...] Comparées à d'aussi formidables entreprises, la terreur de Breivik, et celle de l'extrême droite européenne en général, ne font tout simplement pas le poids. [...] Et, à ce jour, les hauts faits des néonazis et autres suprématistes ont eu davantage à voir avec la rixe de ruelle qu'avec l'attentat meurtrier."

Ouais, c'est vrai que les néonazis russes récemment condamnés n'ont pas commis "d'attentat". Mais ils sont quand même accusés d'avoir buté 27 personnes.

De même, le nombre de crimes commis par l'extrême-droite, en Europe, est quand même impressionnant.

Dans les seuls quatre pays qui calculent ces statistiques, pour 2008, on parle de milliers de crimes commis par l'extrême-droite:

333 en Autriche
111 menaces et 37 crimes violents en France (la méthode de calcul est en cours de modification, en 2007 on parlait de 247)
667 en Suède
19 894 en Allemagne!

La source, c'est le rapport du FRA, à la page 43.

Mais ne nous attardons pas sur l'article minable de Mario Roy, on sait déjà que l'éditorialiste ne vérifie jamais ses infos avant de publier et qu'il fie ses analyses sur de fugaces impressions.

Dans le Prince Arthur Herald, cette source étudiante que j'aime de plus en plus, Julien Perras-Joly se plaint aussi de l'association que la gauche fait avec le terroriste d'extrême-droite.

Résumons ses propos qui n'ont rien de nouveau: Breivik est un "illuminé" et "Les hommes de « droite », quant à eux, défendent leurs idéaux et leurs politiques de façon démocratique et dans le respect des opinions divergentes." Il déresponsabilise donc la droite. Les actes d'un malade mental n'ont rien à voir avec ses idées. Il ajoute que hélas, "la « Droite » se voit associée à une démonstration sadique de radicalisme nationaliste, une fois de plus."

Quelle connerie.

Le plus incohérent dans ce genre d'argumentation, c'est la fureur répressive qui suit la disculpation. La répression est certainement un autre point sur lequel la droite conservatrice et Breivik s'entendent très bien: " les conservateurs d’à travers le monde, eux, se demandent toujours pourquoi ce monstre ne fera possiblement face qu’à une peine maximale de 21 ans de prison."

On peut en conclure qu'apparemment, même si Breivik est un malade mental atteint de toutes les pathologies du monde, sa place n'est pas dans une institution mais en cellule.

Richard Martineau se met aussi de la partie. Au lieu de dénoncer l'extrême-droite comme il demanderait sans doute à la gauche de dénoncer l'extrême-gauche, il refuse d'associer le christianisme à la violence terroriste: "Ils sont où, les camps de formation pour les futurs terroristes cathos ?" Accessoirement, il qualifie les islamistes radicaux de "barbus" et profite de sa chronique pour attaquer ces derniers et s'apitoyer sur la persécution des minorités chrétiennes à travers le monde, tout en considérant celle-ci comme "la [seule?] vraie persécution".

La droite conservatrice, chrétienne, nationaliste/réactionnaire défend plus âprement son radicalisme encore que les gauchistes condamnent les crimes de Breivik. Égarée dans son trip paranoïaque, elle s'imagine que les gauchistes se mettront bientôt à la poursuivre, à arrêter ses militant-e-s dans leur salon comme de vulgaires membres de l'ASSÉ.

Mais de tout temps, elle a fait exactement ce qu'elle reproche à la gauche depuis quelques jours: elle a fait des amalgames douteux, a accusé la gauche de faire la promotion de la violence, a encouragé la répression sauvage, a associé des gens qui n'ont aucun lien entre eux.

Je remets d'ailleurs en question ce genre d'accusation faites à la gauche. Quand les dénonciations fusent, elles visent surtout la droite radicale, genre le FN et les mouvements anti-immigration racistes. La droite fiscale/modérée/conservatrice se sent visée? C'est sans doute par effet miroir. Elle croit que le public réagit face aux extrémistes de leur mouvement de la même manière qu'elle-même réagit devant une vitrine pétée par le Black Block.

La droite goûte à sa propre médecine. En temps normal, ça me ferait marrer, mais de les voir brailler sur leur propre sort devant l'horreur de cette tuerie, ça me fait plutôt vomir.

__________

[1] "a mad man [...] a lunatic." Il l'accuse aussi d'être un sataniste.

13 commentaires:

  1. Très bon article

    RépondreSupprimer
  2. Très solide!

    Dans la même veine:

    «Pour Marine Le Pen, «depuis les premières heures qui ont suivi le drame d'Oslo, plusieurs partis de gauche et associations affiliées surfent de manière particulièrement indigne et cynique sur cette tragédie pour tenter d'en tirer un détestable profit politique». »

    http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/328503/marine-le-pen-denonce-une-recuperation-politique-de-la-tuerie-en-norvege

    Mais :

    «Jacques Koutelas du Front national français a soutenu Anders Breivik l’ayant qualifié sur son blog de premier défenseur de l’Occident et ayant exhorté à en faire une icône»

    http://french.ruvr.ru/2011/07/27/53809656.html

    Mais, bon, ce n'était qu'une blague, bien sûr !

    «En "Une" des sites d'infos, un candidat suspendu du FN pour avoir écrit que Breivik est un "défenseur de l'Occident" et l'OVNI belge était une blague»

    http://www.lepost.fr/article/2011/07/27/2557451_en-une-des-sites-d-infos-un-candidat-suspendu-du-fn-pour-avoir-ecrit-que-breivik-est-un-defenseur-de-l-occident-et-l-ovni-belge-etait-une-blague.html

    RépondreSupprimer
  3. Ouin, j'ai vu ça. Pas fort, Marine. D'autant plus que j'ai comme l'impression que dans ses rangs, pas mal de monde sont en train d'essayer de "tirer un détestable profit politique" de cette affaire.

    RépondreSupprimer
  4. "La droite conservatrice, chrétienne, nationaliste/réactionnaire défend plus âprement son radicalisme qu'on condamne les crimes de Breivik."

    qu'ELLE condamne, peut-être?

    Mais bon, excellent texte en général!

    RépondreSupprimer
  5. Les camps d'entraînement et d'endoctrinement de la droite chrétienne fondamentaliste existent bel et bien. On les appelle des «Jesus Camps». Voir le film de ce nom (googlez jesus camp movie) et aussi la série de CNN «God's Warriors» animée par Christiane Amanpour

    À signaler que le Tea Party a également des camps d'été pour ses jeunes, malgré la crise de Beck comparant le camp d'été des travaillistes norvégiens aux jeunesse hitlériennes. Je suppose que, comme Jonah Goldberg, il essaie de faire croire que Hitler était de gauche parce que son parti s'appelait national-SOCIALISTE?.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai vu Jesus Camp, ça m'a vraiment perturbé. Mais je n'étais pas au courant du commentaire de Beck. C'est vraiment un pauv' con.

    RépondreSupprimer
  7. Après tout, si des adolescents veulent faire partie d'un mouvement politique (y compris même les jeunesses hitlérienne), il n'y a aucune raison de les en empêcher.

    RépondreSupprimer
  8. J'avoue que c'est bien drôle de voir la droite goûter à sa propre médecine, mais, quand même, ça reste aussi discutable...

    (Tentative de neutralité...)

    RépondreSupprimer
  9. Renart: ce serait en effet discutable si c'était un mouvement de fond. Mais comme je l'ai dit dans mon billet, j'ai rarement vu jusqu'à maintenant des gauchistes associer Breivik à l'IEDM ou à une quelconque église presbytérienne un peu réac'.

    Quand il y a association, c'est surtout avec les partis extrémistes. Le FN, le NPD (suisse), etc.

    Ce qui est en train d'arriver, en fait, c'est que la droite a "l'impression" de goûter à sa propre médecine. À moins bien sûr qu'elle ait vraiment à se défendre en raison d'alliances douteuses avec des racistes...

    David: en effet, le choix appartient aux jeunes.

    RépondreSupprimer
  10. Fallait s'y attendre, au moins le craindre :

    L'extrême droite européenne approuve les idéaux de Breivik
    http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/massacre-en-norvege/201108/08/01-4424379-lextreme-droite-europeenne-approuve-les-ideaux-de-breivik.php

    Ils ne font plus seulement que brailler, malheureusement...

    «Ils attaquent les amateurs de soccer noirs et arabes, ils terrorisent les quartiers d'immigrants, ils détruisent les tombes des juifs et des musulmans, ils prêchent la haine et rassemblent des appuis sur Internet.»

    «Ils peuvent avoir pris leurs distances par rapport aux méthodes du tueur, Anders Behring Breivik, mais pas de son message: les immigrants musulmans sont une menace pour la survie de l'Europe.»

    RépondreSupprimer
  11. Mais La Presse ne peut pas s'en empêcher...

    "Mais Yannick Cahuzac de l'Université de Perpignan, en France, qui analyse l'activité d'extrême droite sur Internet, estime que l'agressivité en ligne pourrait ne pas être une mauvaise chose. «Cela peut être cathartique, parce que ces gens subliment leur violence par des mots»."

    SUIVI DE CECI:



    "En Serbie, par exemple, un groupe nationaliste a cumulé 70 000 «j'aime» sur facebook en soutien au dirigeant libyen Khadafi au début de l'intervention de l'OTAN en Libye, mais lorsqu'il a tenté d'organiser une manifestation à Belgrade contre l'intervention occidentale, seulement quelques centaines de personnes sont venues."


    D'habitude, la drouate appuie les interventions militaires de l'Occident, comme celle de l'OTAN en Lybie. Bande d'enculés, ils associent l'anti-militarisme à l'extrême-drouate à la fin de l'article.

    RépondreSupprimer